ÇA Y EST, ON ROUVRE LES LIBRAIRIES !

Bientôt déconfinés se disent les livres. Enfin des gens pour nous regarder, nous ouvrir, nous lire comme avant, mieux peut-être.

Mais non, ne rêvons pas : toucher les livres, ça ne va pas être si simple, ou alors il faut les nettoyer entre chaque passage. Mais enfin, c’est là tout le plaisir ! Les prendre, les retourner, lire leur quatrième de couverture, les palper, les reposer, hésiter, les reprendre, les feuilleter, en lire un peu, puis davantage, aller s’asseoir sur une chaise et continuer, parfois jusqu’au bout ! Oui, oui, ça existe, on en connait de ces lecteurs qui confondant bibliothèque et librairie s’installent comme ça de longues heures à lire, puis qui reposent le bouquin et rentrent chez eux, tranquilles et insouciants.

Continuer la lecture de « ÇA Y EST, ON ROUVRE LES LIBRAIRIES ! »

LES VIEUX ?

Jamais on n’a tant parlé des vieux. Cela nous change un peu, il faut dire : jusque-là, il n’y en avait que pour les jeunes. Le jeunisme avait atteint la société depuis longtemps et chacun voyant s’empiler les ans, faisait de son mieux pour paraître toujours jeune. Il fallait s’adapter et vite si on ne voulait pas lâcher la corde, trébucher dans l’escalier, confondre les numéros de téléphone dans sa tête, se souvenir de tout sans avoir l’air de rien et surtout éviter de dire : « de mon temps… »

Continuer la lecture de « LES VIEUX ? »

TRÉSORS DES BIBLIOTHÈQUES

Ces temps de confinement sont plus que favorables au rapprochement avec nos vieux compagnons, les livres. Même si nous sommes de bons lecteurs, nous avons fini par succomber, peu pou prou, (certains pas du tout, je sais) à la culture d’écran et négligé l’essentiel.

Mais peut-on vivre hors de son temps et se passer de cette information qui tourne en boucle en période d’inquiétude?

Continuer la lecture de « TRÉSORS DES BIBLIOTHÈQUES »

PHILOSOPHES PAR NÉCESSITÉ

Du temps où l’on apprenait les fables de La Fontaine par cœur (mais peut-être en est-il toujours ainsi ?) on apprenait celles des « animaux malades de la peste ». Et comme toujours, c’était pour en tirer une morale ; rappelez-vous : « selon que vous serez puissant ou misérable…etc » Mais ce n’est pas ce qui nous retiendra d’abord ici. Ce sont les premiers vers de cette fable, les voici : « un mal qui répand la terreur/mais que le ciel en sa fureur/inventa pour punir les crimes de la terre,/ la peste…/ » Je fais cette allusion pour la bonne raison que jusqu’à une époque récente, disons jusqu’au XX° siècle on avait tendance à donner une explication à la présence du mal ou du malheur des temps : la culpabilité des hommes.

Continuer la lecture de « PHILOSOPHES PAR NÉCESSITÉ »

FORME BREVE,

Il est des jours où l’actualité est tellement « virale » qu’il est impossible de parler d’autre chose que de ces microparticules infectieuses qui nous assaillent à la fois dans les corps et dans les têtes produisant cette obsession justifiée qui ravive les grandes peurs des épidémies passées.

Comment sortir de ces obsessions mortifères ?

Continuer la lecture de « FORME BREVE, »