ET MOI, ET MOI, AIMEZ MOïX

Il n’aura échappé à personne (de ceux qui suivent l’actualité littéraire en tout cas), que celle-ci s’annonce idéalement par un scandale. Telle est aujourd’hui la réalité médiatique où, si un tweet ravageur présidentiel marque le tempo de la politique, un beau scandale familial assure le tempo du monde des lettres. Comment en effet, faire parler des plus de 600 livres qui sortent en cette rentrée littéraire ? Impossible ! Impossible de les lire tous, ni même d’en lire le compte rendu.

Continuer la lecture de « ET MOI, ET MOI, AIMEZ MOïX »

DIVORCE À L’ITALIENNE

Ça avait commencé par des petits mots doux, de ceux qu’on prononce en campagne électorale vis à vis d’adversaires qui ne sont pas encore en charge de responsabilités d’État. La réponse ne s’est pas faite attendre dès lors qu’elle a été possible. On en a mesuré récemment l’escalade avec le rappel de l’ambassadeur de France en Italie, car c’est bien sûr de cette relation franco-italienne qu’il s’agit. Du côté transalpin on déclare avoir été agressé, du côté français aussi. Mais qui a commencé ? La France semble-t-il. À la question posée de savoir pourquoi, la réponse vaut celle de l’élève pris en flagrant délit dans la cour de récréation : C’est pas moi monsieur, c’est lui. Non c’est lui. Toi ou lui ? Lui monsieur ! Pourquoi ? Pour me rendre. Mais c’est toi qui a commencé ! Oui M’sieur, mais je m’étais rendu le premier. On voit par là que de la cour de récréation à la cour des États, il n’y a que la distance des générations. Le Président français, fin stratège a tenté récemment de déminer la situation par une de ces parades médiatiques dont il a le secret. Pourtant le malaise persiste.
Continuer la lecture de « DIVORCE À L’ITALIENNE »

LA CULTURE EST DANS LE SAC

Qu’y a-t-il de commun à première vue entre un sac Leclerc à 1€ qui sert à faire ses courses et un sac Vuitton à 3000€ qui sert au même usage, à la différence près qu’on trouvera dans l’un, des Yogourts, des conserves ou de la salade et dans l’autre, plutôt des parfums, des clés, un smartphone ou un nécessaire à maquillage. Oui, quoi de commun ?
Continuer la lecture de « LA CULTURE EST DANS LE SAC »